ragondin

C’est la belle et triste histoire de Félicien, un mâle ragondin, qui suite à une bagarre avec un de ses congénères, fut mordu à une patte postérieur.

Au fil des jours, son état de santé, était au plus mal. 

Il eut l’idée et la force de demander de l’aide auprès d’une présence humaine.

Il était très affaiblit, mais il a réussi à se trainer devant la Péniche Restaurant le long des bords de Seine, le propriétaire le remarqua.

Jules, le pris tout de suite en charge, il l’a recueilli, voyant bien que ce dernier étant en peine, il l’a nourrit, mais il  c’est aperçu bien vite, que quelque chose ne tournait pas rond, Félicien était très faible et trop docile pour un ragondin, et une odeur nauséabonde  traînait autour de lui.

Le manipulant, Jules s’aperçu que Félicien avait une plaie béante.

Il décida de l’amener chez le vétérinaire le plus proche.

Félicien, fut pris avec précaution, car il reste un animal sauvage, mais durant la consultation, il fut doux comme un agneau, il allait mal, il était fiévreux, et sa plaie n’était pas très belle à voir.

Une tonte de sa patte fut faite, une grande désinfection de rigueur, la plaie était bien moche.

Une injection d’antibiotique fut vraiment nécessaire.

Jules était prêt à tout pour sauver Félicien.

Il l’a gardé chez lui, lui procurant les soins voulus et recommandés par le vétérinaire, le nourrissant de pain de pommes et de l’arroser.

Promenant mes chiens en bord de Seine, j’ai voulu prendre des nouvelles de Félicien.

Arrivée sur place, son état de santé me paraissait  très précaire, je suis allée de suite à la clinique vétérinaire chercher le matériel pour nettoyer sa plaie au mieux, ainsi que des désinfectants ainsi que des compléments alimentaires, afin de lui redonner des forces.

En moi, il y avait un gros doute sur son espérance de vie.

Entre temps, Félicien c’est affaiblit, de retour à la péniche, notre brave ragondin nous avait quitté.

MERCI A JULES POUR AVOIR ESSAYER DE SAUVER LA VIE DE FELICIEN LE RAGONDIN

Martine